jeudi 13 mars 2014

10 ans d’une loi scélérate ! Ca suffit !!!

15 mars 2014, 15h, Fontaine des Innocents, M°Chatelet.


Le COLLECTIF DES FEMINISTES POUR L’EGALITE (CFPE) et une douzaine d’autres associations ont lancé un appel à mobilisation pour l’abrogation de la loi du 15 mars 2004 dite « sur les signes religieux dans les écoles publiques » le 14 décembre 2013. Depuis beaucoup d’autres organisations ont rejoint cet appel….

La loi du 15 mars 2004, qui prétendait protéger les jeunes filles des hommes de leur entourage, a, depuis, montré son véritable visage, une loi d’exclusion, dont il est temps de faire le bilan :

1) Elle a constitué une première étape vers une multiplication de mesures discriminatoires partant d’une interprétation dévoyée de la laïcité exigeant l’invisibilité des signes religieux au-delà des fonctionnaires. Cette interprétation relevant d’une islamophobie d’Etat va s’étendre en visant au premier chef les femmes musulmanes :
- 2008 : affaire Baby-Loup ;
- loi de 2010 interdisant le port du voile intégral dans l’ « espace public » ;
- circulaire Chatel de 2011, interdisant aux mères voilées d’accompagner les enfants dans les sorties scolaires ;
- début 2013 : proposition de loi visant à l’interdiction du voile pour les employé-e-s des établissements privés de la petite enfance, ainsi que pour les nounous travaillant à domicile ;
- et depuis, en vrac, évocation de l’éventuelle adoption de lois réglementant le port du voile en entreprise, l’interdiction du port du voile à l’université, etc. De fait, les femmes portant foulard sont discriminées partout (au travail, dans les organisations caritatives comme le Secours Populaire ou les Restos du coeur, à l’hôpital…). Dans les établissements scolaires, le port d’un bandana ou d’un bandeau, et /ou d’une jupe jugée trop longue est prétexte à exclure, hors de toute légalité (affaire Sirine). On doit donc constater que loin d’apaiser les conflits et de protéger les femmes, la loi de 2004 a été le déclencheur de comportements discriminatoires et haineux, qui y trouvent légitimation et déculpabilisation.

2) Dans le même temps les agressions et les violences contre les femmes portant foulard sont allées en se multipliant. La longue série d’agressions physiques subies par des femmes portant le foulard (Argenteuil, Reims, Orléans...) marquent un franchissement de plus dans la violence décomplexée. Malgré la multiplication de ces agressions, discriminations, humiliations... ces femmes musulmanes, voilées ou non, continuent de manifester leur résistance et leur volonté d’être présentes comme citoyennes à part entière, de prendre part aux luttes, y compris les luttes spécifiques aux femmes, et d’être pleinement actives, à l’école et à l’université, au travail, dans les associations, les syndicats, dans les partis...

Dans ces conditions, nous, initiatrices et signataires de cet appel continuons et continuerons d’exiger l’abrogation de cette loi, sexiste et raciste, et de toutes les lois et circulaires discriminatoires dont elle a été comme le coup d’envoi.

Disons STOP à l’expansion de l’islamophobie, à l’injustice et aux inégalités, ainsi qu’à la souffrance, à la stigmatisation et à l’humiliation qui en découlent pour les femmes musulmanes.

1ers Signataires : CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité), MTE (Mamans Toutes Egales), ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes), PIR (Parti des Indigènes de la République), FUIQP (Forum Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires), AFD (Alliance for Freedom and Dignity), PSM (Participation et spiritualité Musulmanes), STOP CONTROLE AU FACIES, PACT (Participation Citoyenne), GP (Génération Palestine), UJFP (Union Juive Française pour la Paix), CEDETIM, 8 MARS POUR TOUTES, CCIPPP (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien), AIX SOLIDARITE, FEMMES PLURIELLES, COLLECTIF LES MOTS SONT IMPORTANTS, ASSOCIATION MEMORIA NORD, FSQP (Forum Social des Quartiers Populaires), ACMMSE (Association Culturelle de la Mosquée de Montreynaud Saint-Étienne), PARTAGEUX, STRASS (Syndicat du travail sexuel), FONDATION FRANTZ FANON, COLLECTIF SORTIES SCOLAIIRES AVEC NOUS, COMITE 15 MARS ET LIBERTES, MPF (Musulmans Progressistes de France), LES DURES A QUEER, LES TUMULTUEUSES, AAW (American Against War), Association Les Déchaînées, Libertaires contre l’islamophobie, CONGO ACTIF Association...


Le Collectif des Féministes pour l’Egalité.

Articles les plus récents

mercredi 22 janvier 2014

Les TumulTueuses appellent à rejoindre le rassemblement "Stop à l’islamophobie d’Etat"

RASSEMBLEMENT DEVANT LE MINISTERE DE L’INTERIEUR SAMEDI 25 JANVIER 2014 De 14H à 17h PLACE CHASSAIGNE GOYON – 75008 PARIS (Proche Place Beauvau) METRO : SAINT PHILIPPE DU ROULE

vendredi 15 novembre 2013

Angel Haze, reprises.

Après sa reprise du morceau d’Eminem, Cleaning Out My Closet, dans lequel elle racontait de manière très explicite son expérience du viol, Angel Haze revient avec une autre reprise de Macklemore & Ryan Lewis, Same Love, tube, devenu presque un hymne (un peu plan plan) au moment de la bataille (...)
vendredi 1er novembre 2013

Free to fight.

Une chouette compilation sortie en 1995 mais qu’on devrait encore s’écouter en manif’. Avec des textes lus ou racontés et des morceaux de Team Dresch, Sleater Kenny, Heavens to Betsy, The Third Sex ...
vendredi 1er novembre 2013
par Les Tumultueuses

Guide de survie antisexiste et anti-homophobe en manif’

« On encule le système ». « Ta réforme on se la met au cul », « Untel, serre les fesses, on arrive à toute vitesse » : le sexe anal n’est pas une insulte et les menaces de viol ne sont pas des slogans. En les criant vous ne menacez pas le système, vous faites violence et vous excluez. - « Ségo / (...)
mercredi 3 juillet 2013

Pétition : Reconstruction de la Maternité des Lilas : la désillusion

Pétition adressée à : François Hollande, Président de la République Marisol Touraine,, Ministre des Affaires sociales et de la Santé Najat Vallaud Belkacem, Ministre des Droits des femmes, Porte-parole du gouvernement Étienne Grass, Directeur de cabinet de la Ministre des Droits des femmes (...)